Association
SURFACE SENSIBLE

+33.(0)6.08.77.91.23

surface.sensible@free.fr

Expositions
Page : 1 2 3 4 5 6 7 8

Chants de la Terre



Du 23 avril au 05 juin 2012


Parc du Charmois - Vandoeuvre-lès-Nancy

Anne Delrez
Delphine Gatinois
Jean-Michel Husson
Patrick Jacques
Patrick Kuhn
Odile Massé
Claude Philippot

Il n’y a pas de nature sans le consentement de la terre et sans la complicité de l’homme.
Pas de brin d’herbe qui pousse, pas de blé qui ondoie, pas de vigne qui mûrit, pas de rose qui éclôt…
La terre nourrit encore et toujours ce qu’elle crée. Soumise à l’activité biologique ou chimique, elle est aussi sans cesse dominée par l’homme exerçant son pouvoir. Invariablement soignée, domptée, torturée, souillée, bombardée, exploitée dans tous les sens du terme, la terre est aussi paysage, soumise aux fuyantes saisons, sereine, apaisante et source d’inspiration infinie pour les contemplatifs
Au-delà de l’exercice imposé (Chants de la Terre), et du style, les six photographes et l’écrivaine mobilisés par l’association Surface Sensible ont choisi sur zone, à la lisière de l’apparent et du réel, de confronter leurs expériences intuitives à base d’extases, ou d’auscultations effrontées.
Leur moisson s’inscrit dans le cadre de l’exposition itinérante « L’été de l’Imagerie Nomade ».

Le Nouveau Paysage Familial



de 07 au 31 mars 2012


GALERIE CASTEL COUCOU de FORBACH

Dans ce projet, ma démarche photographique est simple, grâce à l’appareil panoramique, je photographie la famille dans son univers intime.

Je me positionne, dans la mesure du possible, à la place du téléviseur, qui en principe occupe la place centrale du salon, ainsi je réalise de longue pose frontale.

L’image panoramique englobe et « défie » le passage du temps.

Pour moi, le temps comprend la durée et la matérialité du procédé photographique. Certains adeptes de la photographie privilégient un temps de pose réduit, une concentration du moment, tandis que dans ma démarche j’opte pour un élargissement temporel et matériel ; L’image panoramique me fournit une grande palette que j’exploite en alliant le grand format à des poses et des mouvements prolongés.

Je propose ainsi à la famille un élargissement de leur rôle, de leur réaction et de l’événement photographique.

Lien vers le site :
http://
>> aller sur le site <<

LES CHIBANIS



du 07 au 31 mars 2012


LE CARREAU- Scène Nationale de FORBACH


Ces visages, parchemin cuivré soleil, la peau comme miroir et résumé. A décoder rébus, les plis, les crevasses, la mémoire des rictus, des sourires. Seul brille l’oeil, braise et vive lueur, ultime donjon du digne, perron nubile du noble.
Dans la rigueur du regard, se tend le pain à rompre, la galette des jours pétrie d’Aurès, de ses vents, de ses sables. La traverse du temps qui signe, de son auguste plume, la patine de ses pas, la neige dans les cheveux, l’aplomb qui se tasse.
Du pays du soleil à la fraiche France, l’équivoque des destins, captifs de leurs rêves, évadés de l’histoire, ils sont vous, ils sont nous.
On dirait mon père.

Lien vers le site :
le carreau
>> aller sur le site <<

Femmes Debout



Du lundi 05 Mars au samedi 07 avril


CCAM - Scène Nationale de Vandoeuvre-Lès-Nancy

Même si la vie est loin d’être un long fleuve tranquille,
Il s’agit, ici, de rendre compte du quotidien de femmes issues de l’immigration, en évitant le jugement, le commentaire, le pathos, la dictature de l’histoire, le poids des événements.
Il s’agit de montrer comment ces femmes, avec leurs moyens, à leur manière, c’est-à-dire avisée de la circulation des goûts, des musiques, des looks, des attitudes,racontent et rêvent la planète terre.
Les paroles, les images photographiques, les vidéos recueillies auprès de ces femmes sont mises en forme, traitées à travers un dispositif multimédia afin de mettre en balance le miroir d’une réalité émiettée dans le passé et la création d’une écriture dont l’enjeu est de reconstituer dans sa cohérence poétique l’évocation de son histoire.

Lien vers le site :
CCAM
>> aller sur le site <<

Femmes Debout

Eric DIDYM et Véronika PETIT



du 24 janvier au 10 février 2012


TGP de Frouard

Même si la vie est loin d’être un long fleuve tranquille,
Il s’agit, ici, de rendre compte du quotidien de femmes issues de l’immigration, en évitant le jugement, le commentaire, le pathos, la dictature de l’histoire, le poids des événements.
Il s’agit de montrer comment ces femmes, avec leurs moyens, à leur manière, c’est-à-dire avisée de la circulation des goûts, des musiques, des looks, des attitudes,racontent et rêvent la planète terre.
Les paroles, les images photographiques, les vidéos recueillies auprès de ces femmes sont mises en forme, traitées à travers un dispositif multimédia afin de mettre en balance le miroir d’une réalité émiettée dans le passé et la création d’une écriture dont l’enjeu est de reconstituer dans sa cohérence poétique l’évocation de son histoire.

Lien vers le site :
eric didym
>> aller sur le site <<
Page : 1 2 3 4 5 6 7 8