Association
SURFACE SENSIBLE

+33.(0)6.08.77.91.23

surface.sensible@free.fr

Expositions
Page : 1 2 3 4 5 6 7 8

FEMMES DEBOUT

FEMMES DEBOUT



05 octobre au 15 novembre 2013


Maison de la Culture Saint-Marcel de METZ et dans le cadre de la Nuit Blanche 6

Eric DIDYM , Thierry MATHIEU et Véronika PETIT

Il s’agit, ici, de rendre compte du quotidien de femmes habitant des quartiers pluriculturels à forte mixité sociale, en évitant le jugement, le commentaire, le pathos, la dictature de l’histoire, le poids des événements.
Les paroles, les images photographiques, les vidéos recueillies auprès de ces femmes sont mises en forme, traitées à travers un dispositif multimédia afin de mettre en balance le miroir d’une réalité émiettée dans le passé et la création d’une écriture dont l’enjeu est de reconstituer dans sa cohérence poétique l’évocation d’histoires individuelles.



Une Production de l’Association Surface Sensible.
Avec le soutien financier du Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC de Lorraine, Région Lorraine, Préfecture de Moselle, Délégation aux droits des femmes et à l’égalité, Direction Régionale de la jeunesse des Sports et de la Cohésion Sociale, Conseil Général de Moselle ,Ville de Metz.
Avec l’aide de la MJC Metz/Borny, MJC Boileau Prégénie de Woippy et MCL Saint-Marcel de Metz .
Dans le cadre du projet gouvernemental intitulé : « Pour une dynamique culturelle dans les quartiers »

CONTES DU QUOTIDIEN - Françoise SAUR



du 14 septembre au 17 novembre 2013


Salle de la Livrée - Château de Lunéville

humanisme quotidien

Elles sont deux, elles nous font face, au premier plan, debout et cadrées en plan américain.
Elles sont dans la cuisine, l’une aide l’autre à préparer le repas. Hormis la différence d’âge,
presque rien ne les distingue. Velázquez a pris soin de mettre Marthe et sa servante au
même rang, de les unir dans la communauté des gestes quotidiens. La scène de genre
(alors si commune, des Flandres jusqu’à Séville), il la propulse vers le tableau sacré par
la paradoxale omniprésence de la trivialité quotidienne – qui tient ici le premier rôle, quitte
à repousser l’iconographie biblique à un plan allusif. Certitude affirmée que l’humanité,
vécue dans la simplicité partagée du quotidien, prévaut à tout, contient l’essentiel,
condense l’universel et l’atemporel...
Pierre van Tieghem historien d’art

Lien vers le site :
www.francoise-saur
>> aller sur le site <<

JUSQU'AU MILIEU DU MONDE

JUSQU'AU MILIEU DU MONDE



03 Août au 29 septembre 2013


Jardin du Château des Lumières de Lunéville

Composition des binômes d’artistes :
- Josef Guinsbourg / Jean-Michel Husson
- Baptiste Cozzupoli / Eric Didym
- Delphine Gatinois / Jacqueline Trichard
- Emilie Salquèbre / Claude Philippot
- Matthieu Schmidlin / Jean-Yves Camus
-Texte de Odile Massé


Résidences photographiques de Surface Sensible à Saint-Dié-des-Vosges : L'Image en Dialogues

Surface Sensible bénéficie du dispositif de soutien aux résidences artistiques de la Région Lorraine pour 2012/2014

En Quête de l'Ange

En Quête de l'Ange



du 04 mai au 04 août 2013


Galerie Thermal- NANCY

Exposition dans le cadre de Renaissance Nancy 2013
www.renaissancenancy2013.com

En Quête de l’Ange est manifestation ouverte au public de mai à août 2013, coïncidant avec l’ouverture du projet global Renaissance 2013.
L’exposition est à découvrir à la Galerie Nancy-Thermale, transformée pour l’occasion en Cathédrale contemporaine où se confronteront des réflexions d’artistes, d’horizons et de médiums différents autour de cette thématique commune et élargie.
La scénographie de cette exposition veille à la fluidité du cheminement pour garantir un parcours cohérent de l’ensemble.

La liste des artistes permet de comprendre que, dans ce projet, convergent les modes d’expression contemporaine, sans jamais être en concurrence.
Les différents médiums et technologies : photographie, installation, sculpture, projection vidéo, dispositif visuel et sonore, cohabitent autour d’un univers commun, le choix d’une thématique : « l’Ange ».
La figure, le symbole, la représentation de l’ange interroge depuis des millénaires.
Il se dresse comme une énigme sur le chemin de l’homme, offrant souvent un double visage, que ce soit dans la création artistique comme dans la méditation religieuse.

Existe-t-il une morale ordinaire, partagée par tous les humains, malgré les multiples divergences, les différentes sociétés, croyances et cultures ?
Y aurait-il un fond commun sur les grandes questions d’éthique ?
Au travers de sa thématique et du regard des artistes, En Quête de l’Ange propose d’ouvrir le débat, de partager les idées, de témoigner du spirituel.

Les artistes :

Antoine CAROLUS

Florence CHEVALLIER - http://www.florencechevalier.org,

Henri CUECO

Thierry DEVAUX - www.thierrydevaux.net

Eric DIDYM - http://www.ericdidym.fr/

Luc DOERFLINGER - www.lucdoerflinger.com

Franck HOMMAGE - http://www.franckhommage.com/

Dominique PETITGAND - http://www.gbagency.fr/#/fr/14/Dominique_Petitgand/

Ernest PIGNON ERNEST - http://www.pignon-ernest.com

Eric POITEVIN

Francis RAMM & Véronika PETIT

POINT DE VUE

30 PHOTOGRAPHES



du 1er décembre 2012 au 15 janvier 2013.


Château des Lumières- Lunéville

Richard BATO, Jean Yves CAMUS, Philippe COLIGNON, Baptiste COZZUPOLI, Olivier DANCY, Anne DELREZ, Daniel DENISE, Eric DIDYM, Philippe FAIVRE, Julien FELIX, Guillaume GREFF, Joseph GUNSBOURG-HUSSON, Kathya HAHN, Stéphane HARTER, Franck HOMMAGE, Jean-Michel HUSSON, Patrick JACQUES, Francis KOCHERT, Patrick KUHN, Véronique L’HOSTE, Maxime PERROTEY, Maxime PERROTIN, Claude PHILIPPOT, Emilie SALQUEBRE, René TAESCH, Mélanie TISSERANT, Amandine TURRI HOELKEN, Jacqueline TRICHARD, Jérôme SESSINI, Emilie VIALET.


Point de vue remarquable à cinquante mètres !


Les cartes routières ne manquent pas de nous les mentionner.
La déambulation au sein d’une contrée est émaillée de points de vue à honorer impérativement. Les routes fleurissent de panneaux qui nous exhortent à l’arrêt contemplatif, jusqu’aux sentiers de randonnées où des pancartes nous indexent les panoramas à admirer. Le promeneur est alors en proie à un violent conflit intérieur. En lui, le flâneur indolent tend à se rebeller devant une telle injonction tandis que le touriste scrupuleux craint de passer à côté d’une merveille et serre fébrilement son appareil photo.

Et le photographe, précisément, pas celui d’occasion mais le « professionnel de l’image », l’artiste, le créateur, comment réagit-il ? Qu’est-ce pour lui, un point de vue ?

En demandant à trente photographes lorrains de produire en une image unique leur point de vue personnel sur notre région, nul risque de sombrer dans un pittoresque de carte postale car « personnel » sous-entend fuite des lieux communs, suppose réflexion voire introspection et en appelle à l’intimité de la relation que l’on nourrit avec son territoire, pétrie de souvenirs, de sensations et de sentiments mêlés.

Malice du terme, le point de vue, angle de vision délibérément choisi parce qu’en embrassant une portion du monde il l’organise en un véritable spectacle, se double d’un positionnement mental, intellectuel, mais aussi sensoriel, qui livre une conception originale, qui traduit une acception particulière de son environnement.

Le paysage et l’architecture ne sont pas nécessairement convoqués dans une telle proposition et, à apparaître, ils n’ont rien du site prestigieux ou du patrimoine d’exception. Plusieurs photographes ménagent place à l’homme. Habitant, citoyen, voisin, prochain. L’homme qui traverse fugitivement l’image, qui affleure dans une vision spectrale ou qui regarde posément l’objectif, celui-là même qui peuple la région, qui toujours en est l’âme, son génie. Et s’il ne figure pas directement sur le cliché, tout trahit pourtant sa présence. Derrière ces maisons, ces friches industrielles et derrière cet épi, la main de l’homme.

Ces photos ne prétendent pas au témoignage, sauf à l’insu de leurs auteurs, du moins pas au sens où l’entendrait un historien ou un sociologue. Sans doute dressent-elles souvent un constat, lucide mais loin d’un quelconque pathos, sur certains aspects de notre région, sûrement livrent-elles un regard alerté sur l’état du monde en général.

Mais elles relèvent toutes, avant tout et in fine, de l’engagement artistique des photographes, plein et entier, elles nous offrent de la Lorraine, par delà l’originalité des points de vue, une vision infiniment poétique.

Pierre van Tieghem historien d’art

Page : 1 2 3 4 5 6 7 8